Débat- Les opérations commerciales : bonne ou mauvaise idée ? Qui est gagnant ?

Débat- Les opérations commerciales : bonne ou mauvaise idée ? Qui est gagnant ?

Avant, il y avait Noël, les soldes et Pacques pour le chocolat…Mais ça c’était avant…

Puis, on a vu arriver Halloween. Et, comme souvent avec ce qui vient des Etats-Unis, les français, d’abord résistants, ont fini par adopter l’évènement.

Grâce à un marketing de l’offre très agressif, les marques, vendeurs de déguisements et sucreries en tête, ont su capter l’attention de nos innocents chérubins à grands coups de matraquage publicitaire.

Depuis, d’autres opérations purement commerciales sont venues s’intercaler dans un calendrier déjà très chargé : Black Friday, Cyberweek, Cybermonday…qu’on le veuille ou non, ces concepts marketing tout droit venus des Etats-Unis ont envahis nos écrans… et nos cerveaux.

Bonnes affaires pour les uns, arnaque, gigantesque gaspillage ou modèle de consommation non durable pour les autres, ces opérations commerciales connaissent un succès grandissant en Europe (alors même que des signes de déclin sont observés aux Etats-Unis).

Les intentions d’achat encore très favorables en 2019 viennent si besoin confirmer l’importance et l’installation du phénomène dans l’hexagone : https://fr.statista.com/infographie/16135/intentions-achat-et-budget-black-friday-france/

Face à ce flot quasi continu d’opérations commerciales de plus en plus agressives et répétitives, un front de rejet s’est mis en place et des politiques ont décidé de se saisir du dossier, jugeant ces pratiques « anti écologiques et anti sociales ».

Emmenés par Madame Delphine Batto (ancienne ministre de l’Ecologie), certains députés ont décidé de soumettre un amendement au projet de loi anti-gaspillage qui sera examiné le 9 décembre prochain. Ils ont écrit :

« fondé sur la valorisation publicitaire de la surconsommation, le “Black Friday” comme le “Cyber Monday” utilisent le flou encadrant les promotions pour contourner de façon manifeste la législation encadrant les soldes. Outre son bilan environnemental désastreux, cette opération repose sur une communication trompeuse en direction des consommateurs, laissant supposer qu’ils bénéficient de réductions de prix considérables, alors qu’une étude de comparaison de prix réalisée par l’UFC-Que choisir prouve que la moyenne des réductions effectivement pratiquées est inférieure à 2 %. https://www.bfmtv.com/economie/le-black-friday-va-t-il-etre-interdit-1813385.html

Signe des temps, réelle prise de conscience, greenwashing ? Quoiqu’il en soit, la mobilisation gagne du terrain et des centaines d’entreprises se sont elles aussi mobilisées en refusant de participer à ces opérations estimant le coût démesuré.

Leur crédo : non au Black Friday oui au Green Friday.

Et vous qu’en pensez-vous ? Etes-vous pour un encadrement plus strict de ces opérations commerciales ou souhaitez-vous au contraire laisser faire le marché?

Nous cabinet conseil en stratégies marketing et communication, prenons position contre la formule actuelle du Black Friday et la surenchère d’opérations commerciales.

Quatre raisons à cela :

  1. L’impact carbone de ces opérations est colossal (un million de colis livrés à Paris en 2018 au lendemain du Black Friday selon Madame la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne et des millions de déchets textiles et technologiques-les plus polluants).
  • Le matraquage publicitaire indécent pour pousser les consommateurs à consommer toujours plus, au détriment d’autres dépenses comme la santé, l’éducation, la culture ou le sport.
  • Cette frénésie de consommation appauvrit la société du point de vue culturel, aggrave les inégalités, menace notre planète et à terme l’espèce humaine.

En écrivant ces lignes, je ne peux m’empêcher de repenser à la remarque (rapportée par mon fils) d’un intervenant en classe préparatoire de commerce à qui un étudiant disait lors d’un examen oral vouloir travailler dans le marketing sur des projets qui ont du sens pour l’humain et la planète : « il y a une contradiction dans votre projet, ces valeurs sont incompatibles avec le monde des affaires »…

Certes, comme on peut le voir, la route est longue et les à priori sur le marketing tenaces, mais parallèlement à cette frénésie de consommation,  les initiatives innovantes et vertueuses se multiplient, signes d’une conscience émergente et, souhaitons-le, salvatrice.   

Illustration de cette prise de conscience éthique, le fort développement des thérapies naturelles, des techniques de développement personnel comme le yoga, de l’alimentation bio et locale…

Si toutes ces activités connaissent un succès grandissant ça n’est pas un hasard mais au contraire un phénomène que le marketing doit intégrer pour répondre aux attentes des consommateurs en quête de sens.

Comme le souligne le cabinet OC&C dans son étude annuelle qui établit le classement des enseignes préférée des français, «La qualité est devenue le critère le plus important pour les clients, bien plus que le prix ».

Nous cabinet conseil en stratégies marketing et communication, prônons un marketing durable, en accord avec les urgences environnementales et sociales.

#blackfriday #surconsommation #environnement #durable